Partager cette page :

L'information géographique

La gestion de l'information géographique

L’utilisation des SIG constitue une nécessité au regard des nombreux acteurs internes et externes en interaction avec la donnée d’Information Géographique. L’utilisation d’une seule solution logicielle cartographique en mode web, permet aujourd’hui de répondre aux besoins de traitement de l’Information Géographique et aux besoins d’exploitation des données par les collectivités territoriales adhérentes, dans les domaines des réseaux d’énergie.

Le SDEEG s’inscrit dans une perspective d’utilisation des Systèmes d’Information Géographique comme outil :
•    de gestion d’un patrimoine de données métiers ;
•    d’aide à la conception ;
•    d’étude et de production cartographique ;
•    de consultation cartographique ;
•    d’aide à la décision ;
•    de connaissance et d’observation du territoire.

L’acquisition d’une plateforme SIG Web dédiée à l’exploitation des données de réseaux d’énergie et à la cartographie des réseaux constitue une priorité pour répondre efficacement aux missions techniques autant actuelles (gestion des pannes, maintenance préventive et corrective), que futures (analyse des équipements, réponses aux demandes de travaux, programmations de travaux, simulations sur réseaux…).

Cette action favorise la communication entre les différents acteurs ; entreprises de travaux, bureaux d’étude et géomètres, collectivités territoriales adhérentes, les partenaires du SDEEG.

Les méthodes de détection et de géo-référencement

L’une des deux méthodes de détection des réseaux couramment employée, le détecteur de courant électromagnétique :

La technologie couramment employée par les prestataires de service permet la détection des ondes électromagnétiques émises par le réseau électrique suivant un mode passif (pas d’injection de courant dans le réseau) ou actif (injection d’un courant suivant une fréquence déterminée). Le mode actif se décline en trois possibilités d’émission : l’induction, le serrage par pince ou le raccordement direct. C’est cette dernière solution qui est privilégiée par les prestataires de service car elle offre de meilleures garanties pour le positionnement des réseaux enterrés. Pour les réseaux d’éclairage public, le fait de mettre en service l’éclairage des foyers avant les mesures permet un premier repérage des tronçons de réseaux à détecter.

L’expérience en matière de détection pour les entreprises est importante. En effet, la détermination de la bonne position du détecteur, la bonne utilisation des fréquences et intensité, la capacité à interpréter les signaux visuels et sonores de l’instrument joueront en la faveur d’un relevé de qualité.

L’une des méthodes les plus  couramment employées aujourd’hui pour le géo référencement des réseaux souterrains, à savoir le GNSS :

Les procédés de relevé par GNSS, Systèmes Globaux de Navigation par satellite suivent deux modes : absolu (sans stations de référence) ou différentiel (une à plusieurs stations de référence). Pour chacun de ces modes, il existe un mode dynamique et statique.

Dans le cadre des travaux de géo référencement du SDEEG, les méthodes utilisées doivent pouvoir répondre aux exigences de précision de 10 cm pour le relevé des réseaux souterrains et autant sinon mieux pour le relevé des éléments de fond de plan, permettant de resituer les réseaux enterrés.


Les moyens de relevé par tachéomètres sont également fortement employés par les prestataires pour répondre aux impératifs de précision ou simplement lorsqu’il n’est pas possible d’utiliser, ou en complément,  la méthode du GNSS.