Partager cette page :

Mobilité durable

Le transport est le premier émetteur de gaz à effet de serre, il est aussi l’une des principales causes de pollution de l’air malgré l’amélioration technologique des motorisations. En Nouvelle Aquitaine, les transports représentent près de 37% des émissions globales. Une action forte sur ce secteur permettra de réduire de façon importante et rapide l’impact du Département Girondin sur le dérèglement climatique.

Développer la mobilité durable

C’est changer nos habitudes en privilégiant les modes de déplacements actifs (vélo, marche à pieds, trottinettes …), développer l’usage des transports en communs et faciliter la transition vers des véhicules à faibles émissions de polluants et des services de mobilité (aires de covoiturage, autopartage, transports à la demande …).
En agglomération près de 40% des déplacements font moins de trois kilomètres. A l’échelle du Département au-delà d’un kilomètre, la voiture prend systématiquement le dessus.

  • Etude Mobilités 2014 Département de la Gironde

Cela peut se traduire par la mise en place d’une stratégie de territoire, à travers un PCAET (Plan Climat Air Energie Territoriale), l’aménagement des voiries, la mise en place de services de mobilité ou l’acquisition de véhicules à faibles émissions pour sa collectivité.

Le Syndicat accompagne les Communautés de communes dans la réalisation de leurs PCAET en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage.
Il a également choisi de développer des actions emblématiques pour le développement des infrastructures de mobilités propres :
-    Le déploiement des bornes de recharges pour véhicules électriques sur l’ensemble du département, projet MObiVE, deuxième réseau de France.
-    Le développement de stations GNV-Bio GNV
-    Le développement de stations Hydrogène.

La prise de compétence mobilités pour les intercommunalités

Les communautés de communes sont aujourd’hui encouragées par la loi d’orientation des mobilités à devenir Autorité Organisatrice de la Mobilité (AOM).  Elles devront délibérer d’ici au 31 mars 2021 pour se saisir ou non de la compétence. Après la délibération du conseil communautaire, les conseils municipaux des communes membres ont 3 mois pour se prononcer à la majorité qualifiée ; le transfert de compétence devant prendre effet au plus tard au 1er juillet 2021. Si la communauté de communes ne souhaite pas prendre la compétence AOM, c’est la Région qui deviendra AOM sur le territoire de la communauté, dès le 1er juillet 2021.

Une autorité organisatrice de la mobilité est l’acteur public compétent pour l’organisation des services de mobilité sur son territoire. Elle assure la planification, le suivi et l’évaluation des politiques de mobilités. L’AOM met en place les services adaptés aux besoins des habitants. Elle peut par exemple décider, si ses spécificités territoriales le justifient, d'organiser uniquement une ligne de transport à la demande, un service d’autopartage, soutenir une agence des mobilités, conseil en mobilités, vélo en libre-service… Le SDEEG est à même d’alimenter la réflexion des collectivités sur la prise de cette compétence notamment en ce qui concerne le développement de la mobilité propre mais également pour leur donner les moyens d’exercer cette compétence : évolution du maillage de bornes de recharges pour véhicules électriques, aménagement d’aires de covoiturages avec des ombrières photovoltaïques, développement d’outils d’autopartage de voitures électriques, implantation de stations au Biogaz...

Pour toute demande de renseignements, contacter le service Transition Energétique (Nathalie Lalanne).