Partager cette page :

Hydrogène vert : développement de la filière

Le 03 juin 2021

L’hydrogène apporte de nouvelles solutions, complémentaires à la maîtrise des consommations d’énergie et au développement des sources renouvelables : stocker l’électricité, gérer les réseaux énergétiques, se déplacer plus proprement… Le principal frein du développement de la filière hydrogène réside dans les investissements lourds nécessaires : production, circuit de distribution, acquisition de véhicules, activité de stockage.

En ce qui concerne la mobilité, les avantages semblent pourtant indéniables : avec une taille de réservoir identique à celle d’un véhicule thermique, l’hydrogène procure une autonomie de 600 km et bientôt plus. Le plein se fait en 5 minutes et le seul rejet est de l’eau pure distillée, 7 litres tous les 100 kilomètres environ. Afin d’atteindre l’objectif inscrit dans la loi de « développer l’hydrogène bas-carbone », l’ordonnance du 17 février 2021 introduit dans le code de l’énergie un livre entier consacré à l’hydrogène.

Ces dispositions définissent l’hydrogène en distinguant l’hydrogène renouvelable et l’hydrogène bas-carbone et prévoient un dispositif de soutien à la production pour ces deux catégories, soit sous forme d’une aide au fonctionnement, soit d’une combinaison aide au fonctionnement/aide à l’investissement. L’ordonnance met également en place des garanties de traçabilité et des garanties d’origine pour attester du caractère renouvelable ou bas-carbone de l’hydrogène. Enfin, ce texte précise que l’hydrogène renouvelable peut être distribué soit par les réseaux publics de distribution de gaz naturel, soit par des réseaux autonomes distincts des réseaux publics.